IVRESSE

À faire :
1. Aller en désintox.
2. Espionner une star.
3. Écrire article brillant.
4. Décrocher job-de-rêve.
Facile !
Katie Sandford a obtenu une entrevue auprès de son magazine préféré, The Line. Elle sort fêter la nouvelle et se présente le lendemain matin, encore soûle. On lui promet le poste qu’elle désire si elle accepte d’épier une célébrité dans un centre de désintox, où elle devra passer trente jours. Là, de réelles amitiés se nouent, un mec mignon fait son apparition et Katie commence à se demander si elle n’a pas réellement besoin d’une thérapie. Elle a une décision à prendre : risquera-t-elle de perdre ceux qu’elle aime, ou le boulot de ses rêves ?

“Sous le couvert superficiel du propos, on plonge dans une remise en question pas banale du tout. Une plume sympathique d’ici qui s’apprécie facilement.”
— MAGAZINE COUP DE POUCE, JANVIER 2012
ce roman, dont le synopsis à lui seul nous fait sourire, vaut quand-même le détour. (…) on a été conquises par ce bouquin, que si dévore (presque) d’une traite”
— MAGAZINE MOI & CIE, JANVIER 2012

On s’attache tout de suite à Katie et Amber, on sourit aux dialogues pétillants et l’ironie pointe parfois : la thérapeute qui idolâtre les chiens est désopilante.”
— MAGAZINE ENTRE LES LIGNES – HIVER 2012

L’Histoire proposée par l’auteure est délectable. Simple et coulant, ce livre m’a procuré une envie étonnante de pousser ma lecture toujours un peu plus loin.”
— LA VOIX, 7 OCTOBRE 2011

C’est drôle, léger. Et parfois, enivrant.”
— ELLE QUÉBEC, NOVEMBRE 2011

Un charmant bouquin (…). Malgré le sérieux du questionnement à propos de la dépendance, l’humour rend le tout léger.”
— MAGAZINE LA SEMAINE, NOVEMBRE 2011

Ivresse aborde le sujet délicat des dépendances tout en étant un roman léger et divertissant.”
— JOURNAL DU MÉTRO, 11 SEPTEMBRE 2011

Le titre, Ivresse, résume ce qui se passe dans cet opus savoureux et rafraîchissant, qui traite d’un sujet sérieux avec une pointe d’humour.”
— LE JOURNAL DE MONTRÉAL, 20 AOÛT 2011